Le problème de l'eau

Publié le par exposition jours de lessive

Il faut de l’eau pour laver, et le problème de l’eau s’est toujours posé à la campagne comme à la ville. En effet pour faire la lessive, l’accessibilité à un point d’eau  était indispensable: un gué, un ruisseau, une fontaine, une rivière, une mare, un étang, un fleuve.

 

La pratique de la lessive sur ces différents points d’eau posait de graves problèmes de salubrité publique tant à la campagne qu’en ville. Au milieu du XIXème siècle, les autorités prirent conscience que l’eau pouvait être un vecteur de contagion et que le linge était également porteur de germes malsains. C’est à la suite de cette prise de conscience que des lavoirs seront érigés dans toutes les communes de France.

 

Plus tard, la citerne permettra d’avoir à disposition du foyer une réserve d’eau douce pour la lessive, et au début du siècle chaque maison dispose d’un puits et d’une pompe à eau.

 

Yvonne Verdier et Guy Thuillier ont gardé la mémoire des économies d’eau imposées par sa rareté :

 

« En été, on faisait l’économie de l’eau (…) Il fallait d’abord faire boire les bêtes… L’eau de la salade servait pour le linge, puis on lavait la vaisselle[1], puis on jetait l’eau sur les plantes. On ne faisait pas de grandes lessives. »

 

« Là où il y avait peu d’eau, les lessives étaient souvent faites de façon sommaire, les femmes se contentant, dans les familles pauvres, de tremper leur linge dans l’eau de la fontaine ou du ruisseau. »[2]

 
Pour information :
 

En 1950, 72% des communes rurales n’ont pas l’eau courante et la ferme est en moyenne à 30 m du point d’eau.

 

En 1960-1961 plus de 40% des logements français sont encore dépourvus d’eau courante à domicile.

 

En 1970, 76% de la population est desservie

 

En 1982, 0,8% des foyers n’ont pas l’eau.



[1] Yvonne Verdier, p.129
[2] Guy Thuillier, p.13

Publié dans Le problème de l'eau

Commenter cet article